La professeure Paquin a travaillé étroitement avec plus d’une douzaine d’assistants de recherche au cours des six dernières années. Son équipe de recherche actuelle est formée des personnes suivantes :

Thomas Perrino

Thomas Perrino est étudiant à la maitrise en droit à l’Université d’Ottawa. Il est diplômé de la section de droit civil (Ll.L. 2016) et de l’École du Barreau du Québec. Spécialiste du droit des assurances, Thomas a travaillé pour le Regroupement des cabinets de courtage d’assurance du Québec et siège actuellement au conseil d’administration de l’Association de la relève en assurance du Québec – Montérégie. Son mémoire de maitrise porte sur l’interprétation des contrats d’assurance-responsabilité.

Thomas s’est joint à l’équipe à l’été 2016. Il a joué un rôle central dans la réalisation des entrevues effectués dans le cadre du projet sur la profession notariale en Outaouais. Il travaille actuellement sur la place de l’assurance-titre résidentielle au Québec et son impact sur la profession notariale.

Alexandre Petterson

Alexandre Petterson est étudiant au Programme de droit canadien (J.D. et Ll.L) de  l’Université d’Ottawa. Il est diplômé de l’Université de Montréal en science politique (B.Sc.). Alexandre s’est joint à l’équipe à l’automne 2016. Il a travaillé principalement sur le sondage réalisé dans le cadre du projet sur la profession notariale en Outaouais, avant de s’engager sur le projet de recherche portant sur les enjeux liés à la féminisation de la profession notariale.

Charlotte Dahin

Charlotte Dahin est étudiante au doctorat en études féministes et de genre à l’Université d’Ottawa. Elle est diplômée en droit de l’Université Catholique de Louvain en Belgique et en droit international de l’Université d’Aberdeen au Royaume-Uni (LL.M.). Ses recherches portent sur les expériences et les droits des femmes dans le cadre du processus d’octroi du statut de réfugié.
Charlotte s’est jointe à l’équipe à l’automne 2017. Elle travaille sur le projet de recherche portant sur les enjeux liés à la féminisation de la profession notariale au Québec.

Danielle Lussier-Meek

Métisse de la rivière Rouge, Danielle Lussier-Meek (Ll.L., Ll.B., Ll.M.) poursuit son doctorat en droit à l’université d’Ottawa. Danielle a complété sa cléricature à la Cour fédérale et travaillé à l’Association du Barreau canadien, à la Bibliothèque du Parlement, et au Tribunal canadien du commerce extérieur. Elle est  membre du barreau de l’Ontario depuis 2009.

Danielle s’intéresse particulièrement aux théories juridiques autochtones, aux stratégies de résistance utilisées par les juristes autochtones dans le cadre de la pratique du droit canadien, et à la théorie juridique féministe, plus précisément à l’application potentielle de l’analyse intersectionnelle à l’expérience coloniale canadienne. Elle travaille sur le projet de recherche portant sur les mutations de la profession d’avocat au Canada.